Ψ - Forum des étudiants en psychologie - Ψ
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 [P5, M2] sujet controle continu APAG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Ven 26 Oct - 19:00

APAG: psychologie clinique et psychopathologie de l'adulte, master 2


voici le sujet du controle continu, study
après discussion je me rends compte que la personnalité de ce monsieur est comprise par certains comme narcissique, d'autres le voient plus borderline, ou encore dans le fonctionnement névrotique. scratch
Moi même je suis passée d'une compréhension de fonctionnement névrotique avec des defenses obsessionnelles, à une compréhension davantage de fonctionnement limite ( mais j'avoue que je suis un peu paumée )
N"hésitez pas à donner votre avis : que ce soit constructif, l'échange entre "futurs" profesionnels est enrichissante. Le but n'est pas d'apporter " la" réponse, mais de mettre en confrontaion notre compréhension.


Monsieur V est âgé de 55 ans, et consulte pour un état d’anxiété qui, depuis plusieurs mois, s’associe à des moments d’angoisse qualifiées d’ « existentielles ». Il est surpris par la survenue de cette crise, dans la mesure où, jusqu’ici, il s’était peu préoccupé de lui même , emporté par le tourbillon de ses activités professionnelles qui le font beaucoup voyager, travailler souvent tard le soir, et qui mobilisent chez lui un dynamisme parfois excessif.

Dès le début de l’entretien, Mr V parle avec beaucoup de facilité, voire de volubilité, ponctuant parfois son discours d’un « ça fait du bien de parler ! » accompagné d’un large sourire. Il a conservé de son pays natal, qu’il a quitté à 20 ans pour venir faire ses études en France, un très fort accent, alors qu’il manie la langue française avec précision et élégance. Il a été un élève puis un étudiant extrêmement brillant mais il insiste peu sur ses réussites et met davantage l’accent sur son sentiment d’insatisfaction par rapport à lui-même. Il aurait souhaité de grands projets susceptibles de lui apporter non seulement le succès, mais la notoriété, peut-être même une certaine gloire. Depuis que son état de malaise s’est installé, il se sent submergé par son auto-critique, par la remise en cause de sa vie aussi bien professionnelle qu’affective. Il est marié et a plusieurs enfants dont il dit qu »ils ne grandissent pas… » en ce sens qu’ils changent leurs orientations professionnelles, leurs partenaires amoureux, et qu’ils ne sont pas parents eux même. Mr V signale que depuis quelques temps il a tendance à se faire énormément de souci pour ses enfants ce qui lui paraît à la fois incongru et démesuré. De la même manière, il évoque son étonnement devant la préoccupation majeure qui l’envahit au sujet de ses parents, âgés et malades, et qu’il est obligé d’aller voir très régulièrement. Il évoque alors son enfance et ses relations, difficiles, avec eux. En fait, il ne se sentait pas vraiment aimé, ni par son père qu’il juge infantile, mais qu’il admire pour ses talents de créateur, ni par sa mère qu’il décrit comme une femme froide et autoritaire. Il a été élevé très strictement par elle, dans le respect de principes « spartiates ». Il a toujours été désarçonné par les contradictions entre le discours de sa mère et son comportement. Elle lui disait à quel point elle l’aimait, qu’il était le cœur de sa vie - plus tard qu’elle avait été brisée par son départ - et en même temps , lorsqu’il était enfant, elle le battait tous les jours pour sa turbulence. Il était, en effet, un garçon intellectuellement très doué, incapable de tenir en place, très agité, toujours en mouvement. Ce comportement avait cessé lorsqu’il avait une dizaine d’années, après une visite chez un rebouteux célèbre pour ses « miracles ».

Mr V pense qu’il a gardé dans sa vie une forme d’agitation car il est extrêmement actif, notamment sur le plan professionnel. Il a monté plusieurs entreprises et enseigne par ailleurs dans une école d’ingénieurs. Il a, dit-il, une passion pour la transmission. Il la tient de son grand père paternel, qui vivait au foyer, lui-même ingénieur inventif et doué. Le grand-père était la seule personne dont il était sûr d’être aimé. Curieusement, il n’a pas le souvenir d’avoir été très affecté par sa mort : il avait 20 ans, il venait de quitter sa famille et son pays et il était amoureux. Il était extrêmement occupé, comme toujours, dans la mesure où il travaillait pour payer ses études, et avait de nombreuses activités sociales associatives.
Mr V évoque ensuite ses relations conjugales. Actuellement, sa femme et lui vivent dans une sorte d’entente amicale mais leur passion s’est éteinte. De toute façon , Mr V, trouve sa femme très intelligente et sensible, mais toujours distante, comme sa mère. Il se demande pourquoi toutes les femmes qu’il a rencontrées présentaient ce même trait de personnalité, une distance un peu hautaine et indifférente. En fait, lui même n’aime pas les contacts : il y a une contradiction entre son apparence enjouée, affable, serviable, et la grande difficulté, voire l’impossibilité qu’il éprouve à toucher les gens physiquement, jusqu’à se sentir mal à l’aise lorsqu’il serre la main de quelqu’un. Même ses enfants lui ont reproché d’être trop sérieux et froid. Mr V revient vers ses idées noires, son sentiment d’avoir raté ou manqué beaucoup de choses dans sa vie, sans même s’en rendre compte, du fait de son hyperactivité, de son esprit entreprenant, toujours en quête de nouvelles réalisations, mais jamais longtemps satisfait par elles. Il explique qu’il a une aspiration pour la beauté et la perfection. Il est très cinéphile, il aime les œuvres d’art, et est fasciné par ce qui émane d’elles. Il évoque son goût de l’ordre, sa méticulosité, son rejet de la laideur. Il est toujours en train de ranger, de mettre en place, de nettoyer. Il est obsédé par la propreté. Il rit en disant que , comme sa mère, il est une parfaite maîtresse de maison.

C’est son rejet du désordre qui l’a conduit à consulter : il pense que tout est bousculé à l’intérieur de lui, depuis que la tristesse l’a envahi, « comme un ressort cassé ». Vraiment , il ne sait pas pourquoi, mais il pense à deux évènements qui l’ont beaucoup touché il y a 3 ou 4 ans : la mort de son beau-père et celle de son chien.
Mr V n’arrive pas vraiment à comprendre ce qui se passe en lui, les causes de son anxiété persistante et de sa nostalgie. Il aimerait « y voir plus clair ».


merci flower

Edité par So : j'ai renommé le sujet pour plus de clarté Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Ven 26 Oct - 19:49

Alors ça y est tu ouvres le débat ! Tous à vos claviers... cheers
Pour ma part ce serait une pathologie narcissique (parce que je suis avec Mr Sullivan et que les états limites ça n'existe pas ! bien pratique parfois, hein...) Mais en tout cas le diagnostic ne nous est pas demandé donc ça laisse de la marge de manoeuvre et la possibilité de faire différentes hypothèses d'après les symptômes observés...A mon avis c'est ce que veulent les profs, qu'on ne catégorise pas nos futurs patients !
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 27 Oct - 12:48

Il n'est pas évident ce cas... Suspect

Déjà je pense qu'on peut éliminer un trouble du rapport à la réalité (psychose).

Personnellement, je penche plus pour une pathologie narcissique que pour un fonctionnement névrotique (quoiqu'il existe beaucoup d'éléments en faveur). Je trouve qu'il décharge l'excès d'excitation par la voie de la mentalisation et de l'agir (à visée anti dépressive) mais pas via la somatisation.
Je pense que les 2 sont défendables si on argumente bien... Rolling Eyes

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 27 Oct - 13:06

Ce fut notre sujet d'examen en APAG l'année dernière. Dur... car c'est un cas riche et complexe.

javascript:emoticonp('Basketball') Le "piège" serait peut-être de se focaliser sur les symptômes obsessionnels et de ne pas suffisamment considérer les éléments situés hors du registre névrotique. A savoir notamment l'importance des instances idéales, la dimension de " l'agir ", son traitement particulier de la perte d'objet (cf. Deuil et Mélancolie) ainsi que certaines défenses narcissiques... Bref, les partisans d'un fonctionnement limite ont quelques arguments !

Voilà des petites pistes. Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 27 Oct - 14:59

Oui... j'ai aussi l'impression que le conflit se joue entre Moi et idéal du Moi "omnipotent". Ce patient ne parvient jamais à atteindre ces idéaux malgré ses réussites d'ordres universitaires ou professionnels...

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 27 Oct - 15:09

Tiens j'ai oublié de noter quelque chose auquel j'ai pensé...

Ce monsieur a 55 ans et il est "surpris par la survenue de cette crise"...
Bon, peut-être que vous trouverez que je vais trop loin... mais de par mon intérêt pour le vieillissement et les réactivations entraînées par celui-ci, il me semble que ce monsieur parle de la crise du milieu de vie... voire de la mise à la retraite... qui va le conduire à perdre tout son investissement professionnel qui semble lui avoir permis de "tenir" jusqu'ici, de ne pas décompenser...

Qu'en pensez-vous ?

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 27 Oct - 19:43

je suis d'accord avec toi So, comme si son activité incessante professionnelle le tenait, il va alors perdre cet étayage ( qui revient a une sorte de mort symbolique) . la création de ses entreprises et sa passion pour la transmission était une facon de satisfaire son narcissisme ?

angoisse existentielle, c'est pas a l'adolescence qu'on parle de ca? ce qui renverrait a sa problématique de faux self ayant du mal a s'individualiser?

vis a vis de ses enfants c'est de la projection de son propre infantilisme, et vis a vis du père?

ses parents: il se sent "obligé daller voir", deux notions : il va les voir (pulsion scopique), et il ne libidinalise pas la relation. cela rejoint-il l'idée qu'il est plus du coté du besoin que du désir? donc dans le registre réel, plutot que symbolique? tout ca a mettre en lien avec la facon dont il n'a pas intériorisé un bon objet interne stable et protecteur? et son père qui pour lui n'a pas été figure de Loi, avec sa mère qu'il clive ( ce qui le conduit a se cliver lui meme).

La "magie" du rebouteux fait écho a la toute puissance , extérieure , qui guérit sans que le sujet ait besoin de s'impliquer?

il semble extériorisé le conflit: du genre, ah vraiment je comprends pas, et "on dit" que je suis froid

son insatisfaction ne parait pas teintée de culpabilité, mais de frustration. une auto critique " je suis nul", plutot que "jai fais quoi de mal".
ses identifications semblent davantage en mimétisme , qu'avec une part de création subjective et oedipienne .

le coté phobique du contact : limites poreuses?

mais le fait qu'il vienne, se decharge par la mentalisation, et voit un peu de sa mère dans ses compagnes ( meme si c'est sur un mode interrogatif), et d'autres points, signent ils un peu de névrotique, et du coup une personnalité probablement mobilisable en psychothérapie?

la dépression chez le "limite" est rarement avec ralentissement psychomoteur, sans culpabilité, mais avec douleur morale, colère plus que tristesse ( lui en a donc point plus névrotique? ), sentiment d'impuissance face a l'objet inaccessible, et sentiment de vide chronique ( que les actes viennent combler?

ya plein d'autres choses a discuter sur ce cas, jai essayer de nuancer mais parfois excusez mes raccourcis , suite un autre jour Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Lun 29 Oct - 13:31

J'avais aussi pensé à son âge proche de la retraite...J'ai fait mon mémoire sur le sujet l'an dernier et les remaniements psychiques demandés dans cette période de la vie ressemblent fortement à ceux demandés à l'adolecence (vécu de perte, atteinte narcissique, remaniement libidinal...)

Tous les états limites n'en sont pas à un point gravissime, il peut aussi y avoir chez eux de la mentalisation et une possible remise en question ! Surtout que ce patient a de très bonnes capacités intellectuelles...

Je pense aussi que chez ce patient il y a un moi idéal tout puissant qui ne peut pas laisser la place à un idéal du moi qui permet d'envisager des projets réalisables et donnant satisfaction (en lien avec l'impossible identification au père)

Pour le reste je suis d'accord avec vous bravo pour vos hypothèses
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 12:40

clofrate a écrit:
mais le fait qu'il voit un peu de sa mère dans ses compagnes

Juste concernant ce point, il me semble important de le mettre en lien avec sa difficulté à substituer un objet à un autre... il semble plus dans un processus de permutation des objets d'amour non ???
Ce processus pourrait aussi expliquer partiellement son traitement particulier face au travail de deuil... :heuuu: ???

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 16:55

wow Shocked j'en suis déjà à 4 pages au lieu de 2 et j'ai pas fini de mettre en forme... Neutral
C'est ma spécialité de toujours en faire de trop Rolling Eyes

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 18:07

So, qu'entends-tu par "permutation", qui contraste avec la "difficulté à substituer" Rolling Eyes ?
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 18:22

clofrate a écrit:
So, qu'entends-tu par "permutation", qui contraste avec la "difficulté à substituer" Rolling Eyes ?

Idea ces 2 concepts ont à voir avec la mobilité de l'objet, au changement de statut de l'objet...
Permuter et substituer sont 2 façons d'effectuer ce changement d'objet :

En gros la permutation est de moins bonne qualité que la substitution dans le sens où la permutation ne change que les termes du rapport à l'objet mais celui-ci reste inchangé alors que dans la substitution, un réel travail s'effectue car elle implique un renoncement à un 1er objet et la recherche active d'un nouvel objet, d'une nouvelle altérité.

Quand il y a substitution d'un objet à un autre, le sujet se défait d'une relation à laquelle il ne reviendra pas.

Et en ce qui concerne Monsieur V. j'ai l'impression qu'il est dans la permutation (le fait qu'il retrouve une part de sa mère dans sa femme et les autres femmes qu'il cotoit pourrait s'expliquer par le fait qu'il n'a pas abandonné la figure maternelle de l'enfance)... Je trouve que sa relation à sa femme ressemble beaucoup à sa relation filiale...

non ??? Suspect

Eclairée ??? Idea

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 18:39

merci beaucoup, me voila éclairée comme une ampoule

j'avais pas penser a cette facon de voir sa relation a sa femme, mais effectivement si on le met en relation avec le reste je suis d'accord avec toi.
alors ca rentre dans l'idée de son travail de deuil qu'il n'arrive pas a faire "il était occupé"pour le grand pere. l'accès a la position dépressive qui implique l'intrication pulsionnelle entraine donc la substitution , ce qui chez lui aurait été compromis, du moins difficile?
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 19:03

clofrate a écrit:
alors ca rentre dans l'idée de son travail de deuil qu'il n'arrive pas a faire "il était occupé"pour le grand pere. l'accès a la position dépressive qui implique l'intrication pulsionnelle entraine donc la substitution , ce qui chez lui aurait été compromis, du moins difficile?

Dans ce que j'en ai compris le travail de deuil concernant le grand père a été amendé... de par son nouvel investissement amoureux (et là peut-être qu'il y a eu réelle substitution de l'un à l'autre) et de par sa difficulté d'accès à la position dépressive... (parce que la question de la perte semble trop envahissante pour lui donc impensable...).

Mais comme dirait M. Sullivan... , ce qu'on essaye de dénier, d'annuler... est d'autant plus présent... D'où le recours à l'agir...

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Mer 31 Oct - 20:33

Ben dites moi on est en plein débat psychanalytique !! De vraies futures professionnelles Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Jeu 1 Nov - 13:22

Est ce que vous avez parlé d'un aménagement caractériel ????

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Jeu 1 Nov - 17:39

on serait du coté de la névrose de caractère, en référence a Bergeret?
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Jeu 1 Nov - 20:19

scratch ça m'a traversé l'esprit ce matin... T'en penses quoi ?

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Ven 2 Nov - 10:27

Ce cas moi il me donne mal à la tete.. apres quelques jours de reflexion je commence enfin à y voir plus clair.. et je vous rassure je vois comme vous ( j'aime bien aussi cette idée de névrose de caractère mais de là à en faire un diagnostique!!! Bergeret est il encore au gout du jour face au terrible DSM IV???!!!!)...
dure dure de faire 2 pages surtout en interligne 1,5 je me trouve dans le meme embarras que toi So..et dure aussi d'étayer le diagnostique sans trop rentrer dans la psychodynamique du sujet..bref j'ai pas fini et ça me saoule!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Ven 2 Nov - 11:20

courage les filles, dernière ligne droite !!!

je pense que je vais parler de personnalité narcissique en diagnostic ( restons dans le DSM, tu as raison cristals) , et puis évoquer la névrose de caractère, pour montrer ses aménagements du registre névrotique mais inscrits sur un fond de personnalité "limite"en m'appuyant sur la psychodynamique.

mais comme le disait Lilou , le plus important n'est pas tant le diagnostic mais de montrer qu'on s'est posé des questions sur ce cas! et la c'est pas peu de le dire lol! rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 3 Nov - 14:40

De mon côté j'ai laissé tombé la prise de tête et j'ai fait un truc très concis...Sinon, faites attention quand même à la consigne : une feuille maximum et on ne nous demande pas de diagnostic...Bonne fin de vacances drunken
Revenir en haut Aller en bas
So
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
Trop tard, c'est l'anoxie cérébrale...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1256
Age : 34
Niveau d'étude : Psychologue clinicienne
Fac : Paris Descartes - 08'
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 3 Nov - 15:02

Dites... il faut le rendre pendant le CM ou le TD ???

En tous cas, merci pour l'entre aide Very Happy

Moi j'en ai marre donc hop c'est fini Laughing

_________________
- Psychologue résidents et familles en EHPAD
- Psychologue institutionnelle en centre intégré de soins palliatifs (AP-HP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   Sam 3 Nov - 15:09

il me semble que c'est en TD.
pour moi aussi c'est fini, merci pour l'échange d'idées
:heuuu:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [P5, M2] sujet controle continu APAG   

Revenir en haut Aller en bas
 
[P5, M2] sujet controle continu APAG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Option B Heeelp
» Baccalauréat bientôt en contrôle continu
» 1er Controle: logique et ensembles
» Pourquoi l'Histoire-Géographie n'est pas prise en compte au contrôle continu ?
» 4eme - Sujet de rédaction d'une évaluation finale sur l'épistolaire, auriez-vous des idées svp ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ShrinK UniversE :: A la fac :: Cours et Annales :: Paris V-
Sauter vers: